Sondage Territoire Durable

La consommation locale
  • 87 répondants (au 6 juin 2017)
  • Plus de la moitié des répondants déclarent consommer localement  plusieurs fois par semaine (54,7%)
  • Les principaux produits locaux consommés sont les fruits et légumes, le fromage, le lait, la viande et les œufs.

  • Les lieux de vente fréquentés très souvent sont les marchés (26%) et les commerces de proximité (22%)
  • Les lieux de vente fréquentés souvent sont les super/hypermarchés (48%), les commerces de proximité (47%) et les marchés (43%)
  • Plus de 40% des répondants fréquentent souvent ou très souvent les ventes à la ferme/ chez les producteurs mais 25% ne les fréquentent jamais

  • Les deux principaux critères motivant les choix de consommer des produits issus des circuits-courts sont :
    • La provenance locale des produits (86 % des répondants)
    • La qualité des produits (82%)
  • Les principales raisons pour lesquelles les répondants ne consomment pas de produits issus de circuits-courts sont :
    • Le prix des produits (52 %)
    • Les horaires d’ouverture des lieux de vente (36 %)
    • Les habitudes d’achat (32 %)
  • La très grande majorité des répondants serait prête à privilégier l’achat de produits issus des filières et des producteurs locaux (95,2%)

 

La consommation énergétique
  • Faire attention à la consommation de chauffage et d’électricité est un réflexe pour plus des ¾ des répondants
  • Pour les transports et déplacements, faire attention  à sa consommation énergétique est un réflexe pour seulement la moitié des répondants (48,8%) tandis que 6,1% consomment sans y porter une attention particulière

A la question « quel mix énergétique souhaitez-vous à l’horizon 2030 pour le territoire de l’agglomération » les répondants déclarent* :

  • Pour les besoins en électricité

  • Pour les besoins en déplacements :

 

  • Pour les besoins en chaleur :

 

Les principales motivations des répondants pour faire attention à leurs consommations sont :

  • La protection de l’environnement et de la qualité de l’air et la lutte contre le changement climatique (48%)
  • Les économies réalisées (31%)

Parmi les personnes qui ne font plutôt pas attention à leurs consommations énergétiques, la très grand majorité serait prête à changer ses habitudes pour contribuer aux objectifs de réduction des consommations fixées à l’échelle nationale et locale (-24% de consommation à l’horizon 2030)

 

Ce changement d’habitudes en faveur d’une baisse de la consommation serait conditionné par :

  • Un avantage financier : rentabilité de l’effort et subventions (ex : prime transport)
  • La limitation des contraintes quotidiennes / de l’impact négatif pour l’usager et l’amélioration des services  (ex : mobilité douce)
  • Une information sur le sujet

 

  • La moitié des répondants a pensé à améliorer l’isolation de son logement et l’a effectivement réalisé, tandis que 17% ont besoin d’un soutien financier pour réaliser ce projet
  • Plus de 40% des répondants ont pensé à installer des panneaux solaires pour produire de la chaleur ou de l’électricité mais n’ont rien entrepris

 

Les défis environnementaux

Les défis environnementaux les plus importants pour les répondants sont :

  • Arrêter les pesticides, promouvoir l’agro-écologie
  • Diminuer la pollution (air, environnement)

 

Le changement climatique
  • La très grande majorité des répondants estiment que l’agglomération est déjà exposée aux effets du changement climatique (89,7% des répondants)

Une seule case « cochable » pour cette question donc les pourcentages sont plus faibles et la catégorie « autre » est élevée car la moitié des remarques concerne le format du sondage

  • Selon les répondants, les principaux signes apparents du changement climatique sur le territoire sont :
    • La variation de la saisonnalité (température, ensoleillement, pluie) : 32,4%
    • La baisse de l’enneigement : 22,1%
    • L’augmentation du nombre de journées de fortes chaleurs / canicules / sécheresse : 17,6%

Selon les répondants, les principaux risques que le changement climatique fait courir au territoire sont :

  • Les risques sanitaires (canicules, espèces invasives, pollution…) : 76,3%
  • La diminution des ressources, l’eau notamment : 68,4%
  • La déstabilisation de la filière agricole : 60,5%

Les objectifs prioritaires pour Chambéry métropole Cœur des Bauges en matière environnementale à l’horizon 2030 sont :

  • Adapter le mode de vie et de consommation des habitants afin que le territoire soit moins consommateur d’énergie et moins émetteur de pollutions et déchets : 81,6% des répondants
  • Sortir de la dépendance aux énergies fossiles et nucléaires en développant les énergies renouvelables : 57,9 % des répondants

 

Ce qu’il faut retenir
  • Plus de la moitié des répondants déclarent consommer localement  plusieurs fois par semaine
  • Les principales motivations des répondants pour faire attention à leurs consommations sont :
    • La protection de l’environnement et de la qualité de l’air et la lutte contre le changement climatique
    • Les économies réalisées
  • La très grande majorité des répondants estiment que l’agglomération est déjà exposée aux effets du changement climatique
  • Les objectifs prioritaires pour Chambéry Bauges métropole en matière environnementale à l’horizon 2030 sont :
    • Adapter le mode de vie et de consommation
    • Sortir de la dépendance aux énergies fossiles et nucléaire