Économie 2.0

Enjeu 5
Économie 2.0

Créer le terreau pour l’entreprise et l’emploi de demain

L’économie est un moteur du territoire. Là où elle trouve des conditions favorables, l’activité et l’emploi peuvent se développer. Là où elle ne peut s’épanouir, il existe au contraire un risque de départ des populations, de diminution des services et de dégradation de la qualité de vie.
Face à l’émergence et à la puissance des métropoles voisines, Grand Chambéry dispose d’atouts spécifiques qui lui confère une attractivité propre (étude France Stratégie 2017).
Créer un environnement favorable aux activités économiques est donc un enjeu central, pour les entreprises comme pour les habitants.
Pour y parvenir, les collectivités chargées d’organiser l’espace et les services aux acteurs économiques doivent anticiper les grandes mutations, accompagner ceux qui entreprennent, favoriser l’ouverture à l’économie numérique et à l’international.
Comment notre territoire peut-il et doit-il agir, dans une perspective de développement soutenable, garant des équilibres économiques, humains et naturels ?

Les idées phares

Grand Chambéry : territoire digital d’excellence.
100 % de menus bios et locaux dans la restauration scolaire.
Grand Chambéry – Grand Lac : une destination touristique et économique nationale et internationale.
Grand Chambéry : territoire d'expérimentation dans la reconversion des stations de moyenne montagne.
Territoire naturel d'expression de la Génération Z.
Un territoire tourné vers son agriculture

Les modes de consommation évoluent. Les crises sanitaires successives renforcent les aspirations des habitants à connaître la provenance des produits qu’ils consomment, à développer le lien direct entre consommateur et producteur. L’éducation à l’alimentation fait également partie des enjeux de prévention pour la santé. Outre l’intérêt pour le cadre de vie et la qualité des paysages, conserver une agriculture viable économiquement, dynamique et proche de ses consommateurs locaux, est la meilleure manière de répondre à ces enjeux. L’agriculture doit pouvoir prendre toute sa place dans cette relation de proximité avec la consommation locale, notamment en ce qui concerne l’agriculture de montagne y compris les Bauges.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • Le maintien du même nombre d’agriculteurs en 2030 qu’aujourd’hui. Pour conforter son agriculture, l’agglomération et ses habitants s’engageront résolument en faveur de la consommation locale sous toutes ses formes : marchés, magasins de producteurs, partenariats avec la distribution, restauration collective… L’agglomération et ses communes viseront l’objectif de 100% de menus bios et locaux dans la restauration scolaire. L’agglomération, ses producteurs, ses habitants doivent devenir “consom’acteurs“ du territoire.
  • La préservation du foncier notamment pour les jeunes agriculteurs. Le foncier agricole est sous pression de l’urbanisme. Le développement urbain et de l’habitat de demain ne doit plus remettre en cause les moyens de production de l’agriculture.
  • Le développement d’une agriculture de qualité respectueuse de l’environnement et des consommateurs. L’avenir du monde agricole de l’agglomération passe par la qualité : qualité des produits, qualité des méthodes de production, dont l’agriculture biologique, qualité des modes de gestion de l’espace naturel.
L'économie de proximité, une évidence à réaffirmer

La vitalité économique de notre agglomération ne se juge pas à la saturation des parkings des grands espaces commerciaux de périphérie et des axes de communication qui y mènent. Elle s’apprécie par l’animation, le dynamisme et donc l’attractivité de nos centres-villes. Il s’agit là d’un enjeu économique, mais aussi de qualité de vie : les résidents, et particulièrement les aînés, sont attachés et parfois dépendants des commerces et services présents dans les centres-villes.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • La mise en place d’un plan en faveur de l’activité locale. La vitalité de nos centres-villes ou bourgs est étroitement liée au dynamisme de nos activités locales. Si ces dernières doivent évoluer pour mieux répondre à nos besoins de consommation, l’agglomération, ses habitants et ses entreprises ont un rôle déterminant à jouer pour les conforter dans cette évolution. Inciter à la consommation locale, à la promotion des métiers, produits et savoir-faire de l’artisanat, du commerce, à l’attractivité des centres-villes sont autant de leviers à actionner. Préserver un artisanat local, adossé aux ressources du territoire comme le bois ou la production agricole, constitue un enjeu fort pour le bassin de vie du cœur des Bauges.
  • La confortation des centralités à vocation économique à l’échelle des quartiers, des communes de 1ère et 2nde couronnes et des bourgs centres ruraux. La consommation de proximité sera d’autant plus une réalité que les centralités seront attractives : facilité d’accès, qualité des aménagements de ces espaces et densité des activités… Cet objectif est central pour préserver l’équilibre social et économique du bassin de vie du massif des Bauges.
  • Le soutien à l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). L’agglomération a besoin de proposer à tous ses habitants une place dans le monde économique qui n’est pas forcément la même pour tous. De nouvelles formes d’entreprises émergent en réponse à des besoins d’emplois et d’aspirations différents. L’ESS est un axe de développement économique important qui peut être porteur d’innovations (les écoproduits, l’économie circulaire et collaborative, le recyclage, l’échange d’objets et de service…), de nouveaux services pour les habitants (développement des services aux personnes âgées…) et de lien social. C’est une voie qui ouvre la possibilité aux habitants d’être plus acteurs du développement.
Entreprises, toutes numériques

La numérisation de l’économie n’est plus une perspective. Elle est devenue une réalité autant qu’une nécessité pour les entreprises et pour les collectivités. Cette révolution, facteur de développement économique et enjeu d’aménagement des territoires, y compris ruraux, nous appelle à anticiper et accompagner les acteurs locaux pour évoluer vers un territoire plus “connecté“ et plus “intelligent“.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • Un territoire d’expérimentation du digital. L’agglomération fait le choix d’une coopération intense avec les acteurs économiques du secteur pour prendre en main cette mutation car elle est porteuse d’activités, d’emplois et de services innovants. Cet objectif devra pouvoir se traduire autant dans l’espace urbain que rural. Le numérique est un levier évident et nécessaire du développement de nos territoires de montagne.
  • L’intégration dans les grands pôles de la « French Tech in the Alps » et la proposition de services numériques de haute qualité (data center « locaux »…). Les besoins des entreprises ou des collectivités dans le champ du numérique sont tels que les seules ressources de l’agglomération dans ce domaine ne suffisent pas. La coopération économique, universitaire pour le développement des formations numériques à ces nouveaux emplois avec les métropoles voisines du Sillon Alpin est une nécessité. C’est à cette condition que nous accompagnerons la digitalisation de notre économie tout en soutenant l’émergence et le développement de nos entreprises du secteur.
Plus qu'une étape, une destination touristique

Les atouts touristiques de l’agglomération sont indéniables et pourtant ils ne constituent pas encore une offre suffisamment cohérente permettant à notre territoire de devenir une véritable destination touristique. Grand Chambéry est au cœur d’un écrin de nature, de patrimoine et d’un espace “d’aventure“ et de découverte remarquable. Avec Grand Lac, elle dispose de toutes les potentialités pour affirmer un positionnement très porteur.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • Le développement d’un tourisme respectueux de l’environnement qui s’appuie sur des pratiques actives de découvertes et de bien-être. Notre territoire dispose d’une qualité patrimoniale reconnue avec la présence des deux Parcs naturels régionaux des Bauges et de Chartreuse et la labellisation « Ville d’Art et d’Histoire » notamment. Le positionnement touristique  de l’agglomération doit être en cohérence avec cette authenticité et avec nos singularités.
  • Un tourisme tout au long de l’année, sur tout le territoire. Par la complémentarité de ses espaces montagne et vallée et du fait de son positionnement sur de grands axes touristiques, l’agglomération dispose d’un potentiel touristique tout au long de l’année. Mais elle doit s’affirmer encore plus comme ville étape et comme destination touristique. L’hébergement adapté aux jeunes et aux familles constitue un facteur clé de cette fréquentation touristique de séjour. L’accessibilité contribuera aux objectifs du développement durable du tourisme.
  • Un développement touristique avec Grand Lac pour atteindre une notoriété internationale. Devenir une destination touristique de niveau international sous-entend de disposer de potentialités de très haut niveau. La complémentarité des atouts des deux agglomérations en termes d’activités (thermalisme, sports d’hiver…), de patrimoine (Lac du Bourget, centre historique…), de capacité d’accueil (hôtellerie, centres de congrès…) constituent indéniablement les ingrédients d’une grande destination touristique et économique, nationale et internationale.
  • La confortation de l’activité touristique dans le massif des Bauges. L’avenir économique du massif des Bauges dépend en grande partie de la préservation de son activité touristique. L’accompagnement des stations à la fois pour un maintien ciblé des activités hivernales et leur diversification pour un tourisme des 4 saisons est une nécessité d’adaptation au changement climatique et d’amélioration de l’offre touristique aux besoins de la clientèle en continuelle évolution.
  • La structuration et le développement de l’itinérance touristique autour du circuit des grands lacs alpins, de la route des grands cols et de la route des vins constituent des axes de développement majeurs, qui permettront de proposer des activités de pleine nature comme le vélo ou la randonnée, et qui seront une priorité.
Le monde appartient à ceux qui innovent tôt

L’innovation est le fruit d‘un écosystème coopératif et ouvert. Le territoire et son tissu économique seront innovants s’ils savent organiser et relier tous les acteurs de l’innovation, professionnels et clients. Cette dynamique de l’innovation est une dimension essentielle de l’attractivité de notre territoire.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • La création d’un environnement collaboratif et créatif pour des conditions optimales à la création et à l’installation d’entreprises. Le développement économique est une compétence importante de l’agglomération. Aujourd’hui et encore plus demain, les acteurs du développement devront innover dans leurs pratiques en termes d’animation, de soutien à l’expérimentation en lien avec les ressources du territoire (Fablab, incubateur, coworking,…). Cet objectif est essentiel pour le développement du bassin de vie du massif des Bauges. Enfin l’efficacité du développement passera par la création d’un véritable réseau interactif des acteurs du développement.
  • Des pôles d’enseignement supérieur et de recherche pour soutenir le développement des entreprises et de l’emploi sur le territoire. La connaissance est une condition sine qua non du développement économique. L’agglomération dispose d’atouts que peu de territoires possèdent en la matière : université, centres de recherches. Les connexions entre université-recherche-industrie devront être intensifiées. Il faudra encourager les domaines de spécialités économiques du territoire pour qu’ils soient, eux-mêmes, générateurs de nouveaux pôles d’enseignements et de recherches spécialisés.
  • La création d’une identité forte liée à l’innovation nationale et internationale. Les politiques et actions économiques qui seront menées devront conduire à une plus forte lisibilité du dynamisme de notre agglomération.
  • Un développement qui s’appuie autant sur le socle industriel historique que sur les filières d’avenir. Depuis quelques années l’agglomération, parfois en lien avec ses territoires voisins, a réussi à faire émerger des filières d’excellence d’avenir : les énergies renouvelables en particulier l’hydraulique et le solaire avec l’INES, l’hydrogène/énergie, les produits des loisirs outdoor, l’aménagement de la montagne, le tourisme d’itinérance… Dans ce cadre, des complémentarités seront développées entre les lieux de conception, de production, souvent implantés dans les vallées, et l’espace d’expérimentation montagnard. Le massif des Bauges peut représenter une offre attractive dans la chaine de valeur des filières liées à la montagne. Pour autant Grand Chambéry dispose d’un socle d’activités industrielles historiques qui a su innover et se développer. Les accompagner dans leur besoin d’évolution restera un axe de travail majeur.