Tous connectés !

Enjeu 6
Tous connectés !

Concevoir les mobilités, les réseaux et les usages numériques de demain

Nous vivons aujourd’hui dans un monde résolument connecté. Nous sommes reliés les uns aux autres à travers Internet et les réseaux sociaux, nous accédons en quelques clics à des services de plus en plus dématérialisés, mais nous voulons également être proches des lieux de vie, de travail et de loisirs, dans une aspiration et un souci croissant de contacts humains mais également de réduction des énergies fossiles et de préservation des ressources naturelles. Les acteurs publics investissent eux aussi le monde numérique, en développant de nouveaux modes de pilotage et d’optimisation des services et de la gestion des collectivités, préfigurant ce que l’on appelle les “smart cities“ ou villes intelligentes. Ces évolutions numériques ne sont évidemment valables que si l’on arrive à anticiper les conséquences énergétiques du développement numérique et à proposer des solutions développées localement (centre de données ou data center locaux). Comment notre territoire anticipe-t-il ces grandes mutations et amplifie-t-il encore son action ?

Les idées phares

Le déploiement de la couverture en très haut débit sur l'ensemble du territoire.
Une autorité unique organisatrice des mobilités à l'échelle de Métropole Savoie.
Expérimenter un transport par câble pour la liaison gare de Chambéry – Chambéry-le-Haut – La Féclaz.
Le développement du télétravail et du coworking.
Des innovations numériques qui facilitent le quotidien des habitants

La numérisation de la société devient une réalité de tous les jours. Dans notre vie au quotidien cette évolution peut être source de simplification et de réactivité. Mais le niveau de numérisation de nos services, de leur accès est encore faible. Les raisons peuvent tenir, d’une part, des infrastructures (la couverture très haut débit est partielle) et, d’autre part, du risque de fracture sociale numérique : trop d’habitants restent encore éloignés de l’usage des technologies de l’information et de la communication. >>> territoire connecté

Objectifs du projet d’agglomération :

  • Le déploiement de la couverture en très haut débit sur l’ensemble du territoire pour garantir une égalité d’accès et d’usage à Internet. Cela est particulièrement vrai pour les territoires de l’agglomération plus isolés et difficiles d’accès comme le massif des Bauges pour lesquels la performance de la couverture téléphonique et numérique est une condition de leur développement.
  • L’accès au numérique pour tous. Le déploiement rapide des usages du numérique comporte des risques de fractures sociales et générationnelles. Y répondre passe notamment par l’accompagnement humain aux usages du numérique et aux services dématérialisés, par la création de lieux de médiation numérique et la formation des citoyens aux usages du numérique et aux enjeux de sécurité.
  • Le développement d’une offre de services publics numérisés. Le numérique peut être un formidable moyen pour faciliter le quotidien des habitants en simplifiant l’accès aux services. L’agglomération, ses communes et ses partenaires s’engagent dans une nouvelle étape de la démarche de “ville et de territoire connectés“ pour l’agglomération plus intelligente au service de la qualité de vie de tous.
Travailler autrement

Notre relation au travail évolue : les parcours professionnels changent, assortis de périodes sans emploi ou de cumul d’activités. Parallèlement, avec l’avènement du numérique, un certain renouveau du travail indépendant et l’émergence des plateformes numériques conduisent à une diversification des formes d’emploi. En effet, le développement du digital ouvre la voie à des formes de travail plus flexibles, délocalisées apportant des perspectives nouvelles de développement, notamment pour les territoires ruraux et de montagne, mais également de nouvelles formes d’apprentissage : formation en ligne ouverte à tous ou MOOC (Massive Open Online Course). Cette offre de formation à distance peut accueillir un grand nombre de participants dispersés géographiquement.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • Le développement du télétravail et du coworking pour limiter les déplacements et plus généralement répondre aux aspirations des salariés et des entreprises à ces nouvelles formes de co-émulation et d’organisation du travail. >>> Le mug
  • Le numérique plus fortement intégré dans la formation initiale mais également en formation continue (pour les demandeurs d’emplois et les salariés). La formation à distance devra être un axe de développement évident.
  • L’accompagnement de la multi-activité, dans un contexte économique difficile privilégiant les contrats courts et les temps partiels, est une réponse à l’accès à l’emploi et à la mobilité professionnelle.
Changeons nos pratiques de déplacement

Qu’elles soient physiques ou numériques, les mobilités se transforment sous l’effet conjugué de l’évolution des modes de vie, des enjeux écologiques, énergétiques et climatiques, des contraintes économiques et de la révolution digitale qui offre de nouveaux usages et bouleverse les modèles antérieurs. Covoiturage, auto-partage, e-commerce, télétravail, coworking, tiers-lieux… tous ces vocables qui n’existaient pas il y a quelques années représentent aussi de nouveaux modes de déplacement ou de non déplacement, de consommation ou de travail qui prennent une place croissante dans nos vies quotidiennes et que nous devons accompagner. L’objectif, également affirmé dans le PLUi HD, est à la fois de réduire les besoins de déplacements et d’innover dans la conduite des projets d’aménagement et de déplacements.

Objectifs du projet d’agglomération :

  • La mobilité de demain : interconnectée, régulière, interopérable et propre. L’intensité des déplacements et des relations entre les pôles générateurs de déplacements définit le bassin de vie des habitants et l’espace d’organisation des mobilités. Demain l’autorité organisatrice des mobilités devra être unique entre Grand Lac et Grand Chambéry, voire au-delà (Cœur de Savoie). >>> Pôle d’échanges multimodal
  • La recherche d’une forte cohérence entre l’urbanisme et la mobilité. La limitation des déplacements, la gestion fluide du transport et l’atténuation des nuisances seront une réalité dès lors que l’articulation entre espace urbanisé et flux de déplacements sera anticipée. La desserte et le traitement de la mobilité sera un enjeu posé avant tout développement ou création de nouveaux quartiers.
  • Des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle ou “solo“ : il n’y a pas de solution unique pour répondre aux besoins de déplacements du plus grand nombre, mais une combinaison de différents modes complémentaires entre eux :
    > l’amélioration des transports collectifs notamment par l’élargissement de son fonctionnement en soirée et de leur inter-opérabilité,
    > le développement du covoiturage, de l’auto-partage y compris dans les zones rurales permettant d’éviter aux ménages la seconde voiture,
    le développement des modes doux ou “actifs“ (marche, vélo…),
    une offre de déplacements multimodale coordonnée (voiture/train/bus/vélos…),
    > l’expérimentation du transport par câble (liaisons Gare de Chambéry – Chambéry-le-Haut – La Féclaz),
    l’étude du transport par Trolley bus,
    > la création/rénovation de gares pour une desserte interne ferroviaire renforcée entre Aix-les-Bains et Montmélian,
    > l’expérimentation de navettes sans chauffeur en site propre,
    le développement de la voiture autonome et partagée,
    > la réduction du besoin de déplacement grâce aux outils numériques (télétravail…).
  • La prise en charge durable du transport de marchandises :
    > Le ferroutage pour le transport de marchandises de transit. Le positionnement de Grand Chambéry sur des axes de communication européens majeurs constitue à la fois un atout en même temps qu’une forte source de nuisance. Le transfert du transport routier de transit vers le rail doit être une priorité pour l’agglomération.
    > Le transport marchandise du “dernier kilomètre“ au sein de l’agglomération. Grand Chambéry, à l’instar de toutes les villes, compte un nombre important d’activités économiques en son centre. La livraison représente un flux important et désorganisé. Par ailleurs le développement du e-commerce va également générer une démultiplication de la livraison qui va intensifier les déplacements dans des centres villes déjà congestionnés. L’agglomération devra construire des réponses à cet enjeu.
  • La priorité fret par l’itinéraire Lyon-Turin sous Chartreuse avec une mixité fret et voyageurs. Assurer la sécurité des personnes et des biens dans la traversée de Chambéry par le transfert du fret des camions vers le rail, améliorer la desserte du Sillon Alpin, améliorer la qualité de l’air de notre bassin de vie sont des priorités pour demain. Pour cela, le projet d’agglomération donne pour le tracé du Lyon-Turin la priorité au fret par l’itinéraire sous Chartreuse avec une mixité fret et voyageurs.
  • Une offre de transport vers l’Italie et l’Europe accessible aux jeunes. Les cursus universitaires sont de plus en plus internationaux. L’université Savoie Mont Blanc fait partie des meilleures universités utilisatrices du dispositif Erasmus. D’une façon plus générale, les jeunes sont aujourd’hui mobiles et ouverts sur le monde. Leur faciliter l’accès à l’étranger fera partie de la stratégie d’ouverture internationale de l’agglomération.